La production annuelle d'électricité éolienne pouvant être produite à partir de parcs éoliens densément agencés dans des régions ventées peut atteindre 0.1 à 0.15 TWh/km² [Tezlaff]. Au sud du Maroc une densité de seulement 7 MW/km² de puissance installée suffirait à produire 0.028 TWh/km² par an. Puisqu'une densité d'aérogénérateurs plus élevée tend à affaiblir la productivité globale d’un parc éolien, la disponibilité de vastes espaces désertiques pour de grands projets éoliens permettrait d’utiliser un espacement optimal entre aérogénérateurs favorisant ainsi un meilleur rendement énergétique.

Etant donné que la côte désertique du Maroc jusqu'au Sénégal s'étend sur plus de 2000 kilomètres, une densité de moins de 2.4MW/km² de puissance installée sur une partie de ce territoire, suffirait en principe à produire plus de 1000 TWh/an. Cette production serait équivalente à près du tiers de la consommation en électricité de l'ensemble des pays de l'Union Européenne (3200 TWh).

Ce potentiel, s'il est exploité comme décrit ci-dessus, ne peut être utilisé sur place, car il représente plusieurs dizaines de fois les besoins cumulés en électricité des pays d'Afrique du Nord. De plus, les centres de populations pouvant engendrer une consommation électrique significative sont concentrés dans des villes situées à plus d'un millier de kilomètres de cette zone.

Seules les technologies de lignes haute tension en courant continu permettent un transfert d'électricité sur une telle distance sans engendrer de pertes significatives. En éliminant également les décalages de phases du courant alternatif, la capacité de cette technologie de conversion est inadaptée aux besoins électriques locaux voire même régionaux. Une seule ligne à courant continu suffirait à transférer la puissance de génération électrique totale installée au Maroc (~6 GW). En sus de son intermittence, et bien que la consommation locale d’électricité augmente, l'accès à cette ressource éolienne significative reste conditionnée par l’intégration des marchés régionaux Nord Africains et Euro-méditerranéens.

En stabilisant les réseaux électriques à leurs points extrêmes, le recours à ce type de transfert efficient à grande échelle facilite l’absorption locale d’énergies renouvelables aussi bien au Nord qu’au Sud de la Méditerranée. L’intégration de cette énergie éolienne est d’autant plus justifiée que sa distribution saisonnière, en termes de pic de production est complémentaire. Alors que la génération éolienne européenne est maximale en hivers, les alizés soufflant sur les côtes Sahariennes atteignent leur pic de production en été. Cette période coïncide avec la pointe de consommation électrique des pays d'Europe du Sud. A travers le projet Sahara Wind, cette demande énergétique peut être satisfaite par l’intégration accrue d'énergies renouvelables générées à des coûts défiant toute concurrence.

EU North Africa Seasonal trends in Reanalysis wind speed (Source EU data: TradeWind Project Doc. 11914/BT/01C)
 Analyse de la distribution saisonnière des vitesses de vent (EUdata: TradeWind Project Doc.11914/BT/01C)

 

Ces perspectives ont donc inspirés plusieurs initiatives européennes, envisageant l'utilisation à grande échelle de technologies Solaires Thermiques et Photovoltaïques complémentaires. La pertinence ainsi que le rôle catalytique de ces technologies ont par ailleurs été soulignés lors de la présentation du projet Sahara Wind au Parlement Européen dès l'année 2002. En termes d’impact économique, le projet Sahara Wind qui dépasse 5GW de puissance éolienne déployé en tranches successives, met en valeur une zone désertique au potentiel de développement local assez limité.

L’importance de la ressource éolienne des alizés qui s’étend sur plusieurs milliers de kilomètres de côtes désertiques nécessitera encore quelques années avant d'être évaluée avec plus de précisions. Celle-ci représente une des plus grandes sources d’énergies renouvelables largement inexploitée à ce stade. La taille de cette zone, les caractéristiques du vent, sa complémentarité et proximité avec les grands marchés énergétiques offre une perspective très prometteuse pour l’avenir de la région. Fort de ce contexte, une approche intégrée de développement durable menée dans le cadre d’une transition énergétique y est donc envisageable.

e-max.it: your social media marketing partner
FaLang translation system by Faboba